Kaval.be

en long

artiste, c’est pas sérieux...

_ Tu fais quoi, dans la vie ? _ Musicien. _ Moui, bon, mais dans la vie réëlle ?

"On n’est pas là pour rigoler", hein !?

... petits exemples du questionnement qui ne manque pas de triturer la conscience de celui qui se cherche, et ne trouve venant d’autrui que des réponses toutes faites, le plus souvent injonctions à se plier à la "réalité"...

"Il n’est jamais trop tard" pour entreprendre un apprentissage ; la limite se définira seulement en fonction de l’objectif. Seule finalité reconnue par l’enseignement officiel, "la compétitivité" ; dans cette optique, il est en effet vain d’espérer entrer dans un orchestre philharmonique, ou briller en soliste sur une scène internationale si on est débutant à un âge avancé.

Mais rien ne s’oppose à une pratique de la musique, quelle qu’elle soit, dans le but de se faire du bien, de se faire plaisir, à soi ou à son entourage.

Une seule condition est requise : pouvoir y consacrer du temps, en en ayant le désir. Si l’on s’y investit en souhaitant être occupé à autre chose, c’est le signe évident qu’il vaudrait mieux changer de hobby.

Quoiqu’il en soit, comme pour toute discipline, rien n’est facile ou tout est facile selon qu’on aie, ou pas, du plaisir à s’y investir. C’est quelque chose que l’on ne peut éprouver qu’à l’essai, et après un temps qui variera selon les individus, mais sur laquelle la volonté a peu de prise, encore moins celle de l’enseignant.

Par contre si une pratique quotidienne et bien conduite s’installe, obtenir un résultat est aussi certain que, si l’on frappe sur un clou avec régularité et précision, même sans forcer, il ne peut manquer de s’enfoncer.

Alain Braulio | Plan du site |  Facebook | Suivre la vie du site RSS 2.0